Découvrez notre classement des meilleurs films de 2020

Les meilleurs films de 2020

Cette année a été, à bien des égards, une année à oublier, mais pas en ce qui concerne le cinéma. Bien que la plupart des films aient été visionnés sur des écrans de taille insuffisante, la légion de films de fiction et de non-fiction qui nous ont aidés à faire face à notre réalité bouleversée par la pandémie ont apporté des doses bienvenues d’excitation, de drame, de terreur et d’humour. Découvrons ensemble notre liste des meilleurs films de 2020.

Qu’ils fassent appel aux espoirs et aux peurs universels ou qu’ils reflètent de manière incisive les circonstances insensées dans lesquelles nous vivons actuellement, ils nous ont permis de comprendre et de nous évader, tout en nous procurant des sensations fortes d’une variété époustouflante.

Découvrez notre top 15 des meilleurs films de 2020

15) En avant

On commence notre classement des meilleurs films de 2020 avec En Avant des studios Pixar. Sorti juste avant la montée en puissance de la pandémie, l’aventure de Pixar a été la proie des fermetures de salles de cinéma – mais s’est avérée être le film idéal pour la fermeture, avec son évasion fantastique, ses gags à profusion et ses thèmes célébrant les liens familiaux qui renforcent la vie.

Le réalisateur Dan Scanlon s’est inspiré de détails très personnels sur sa propre éducation et sur le père qu’il n’a jamais pu connaître pour raconter l’histoire des frères elfes Ian et Barley Lightfoot, qui se lancent dans une quête magique pour rencontrer leur père décédé pour un jour seulement.

Dans le plus pur style Pixar, le film est incroyablement émouvant, avec une magnifique bobine finale qui répond aux besoins du public plutôt qu’à ses attentes. Mais c’est aussi un grand et joyeux film d’aventure, avec des décors palpitants, de nombreuses références à D&D, un héros d’action surprenant, maman elfe, et des gags visuels géniaux.

14) Jojo Rabbit

L’expression « Taika Waititi refait son film » pourrait un jour devenir un bâton avec lequel on battra le scénariste-réalisateur kiwi, mais pas tant qu’il continuera à faire des films aussi originaux et revigorants que Jojo Rabbit. Ce film raconte l’histoire d’un garçon perdu et des modèles qu’il choisit pour l’aider à tracer son chemin vers l’âge adulte. Comme on peut s’y attendre avec Taika, il y a des amis imaginaires, des images méticuleusement encadrées et des montages sur de la musique pop. Et… des nazis ? Oui, car Jojo, qui vit en Allemagne vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, a avalé sans broncher la propagande nazie, et son ami imaginaire est une version rance et haineuse d’Hitler (joué par Waititi lui-même).

Waititi marche inébranlablement sur une corde raide qui passe rapidement de la comédie à l’étreinte indéfectible des conséquences de la guerre, le tout avec le cœur qui anime ses films depuis le premier jour, alors que le jeune Jojo se lie lentement avec l’adolescente juive (Thomasin McKenzie) que sa mère (Scarlett Johansson) cache dans les murs de leur maison. L’un des tous meilleurs films de 2020.

13) Lovers Rock

Il n’y a pas beaucoup d’intrigue dans Lovers Rock, qui suit Martha (Amarah Jae St. Aubyn) alors qu’elle s’éclipse de la maison familiale pour se rendre à une fête dans l’ouest de Londres des années 1980. Mais ce que le deuxième film de Steve McQueen – et sans doute le meilleur – de Small Axe manque en termes de narration, il le compense par son exploration amoureuse de la culture noire britannique. Cela inclut des gros plans de femmes préparant un ragoût de chèvre au curry que l’on peut presque sentir à travers l’écran, et des séquences de danse évocatrices qui vous font regretter les fêtes pré-pandémiques d’autrefois.

Le moment le plus joyeux du film – et peut-être de l’année 2020 – est la séquence « Silly Games », instantanément iconique, dans laquelle tout le monde sur la piste de danse chante acapella le tube de Janet Kay de 1979 pendant quatre minutes euphoriques. Le fait que McQueen trouve encore le temps, dans ce film de 68 minutes, de nous rappeler doucement mais efficacement la dureté du monde qui existe en dehors de cette bulle de bonheur noir est le signe d’un réalisateur au sommet de son art.

12) Drunk

On remonte notre top 15 des meilleurs films de 2020 avec Drunk. Il n’y a sans doute pas de scène cinématographique plus joyeuse pour 2020 que celle qui clôt Drunk de Thomas Vinterberg, une comédie dramatique sur les tentatives de quatre enseignants de Copenhague de donner un nouveau souffle à leur vie moribonde en testant la théorie du psychiatre Finn Skårderud selon laquelle le taux d’alcoolémie optimal des humains est de 0,5 %.

Dirigés par Martin (Mads Mikkelsen), dont l’indifférence en classe n’a d’égal que son apathie à la maison avec sa femme (Maria Bonnevie) et ses deux enfants, le quatuor commence à boire pendant les heures de travail, pour découvrir qu’être un peu éméché a des effets transformateurs sur leur enseignement, leurs relations et leur humeur. Dans le rôle de Martin, Mikkelsen livre l’une des meilleures performances de sa carrière, oscillant entre l’engourdissement, le regret, le doute et la libération.

11) Uncut Gems

Les frères Safdie ont porté à de nouveaux sommets leur capacité à créer de l’anxiété cinématographique pure avec un thriller qui ressemble davantage à une crise de panique soutenue. Adam Sandler offre la meilleure performance de sa carrière dans le rôle du diamantaire Howard Ratner, qui doit de l’argent à toute la ville. Alors qu’une rare opale noire éthiopienne semble pouvoir améliorer sa situation, il ne peut s’empêcher de prendre des décisions encore plus dangereuses.

Entre la performance nerveuse de Sandler (vous l’encouragerez tout en maudissant chacun de ses choix terribles), l’ambiance sonore trépidante des bavardages qui se chevauchent et une tour Jenga bancale d’affaires douteuses qui menacent de s’effondrer à tout moment, c’est un tour d’adrénaline palpitant sans une seule scène d’action. La belle surprise de l’année 2020.

Place à notre top 10 des meilleurs films 2020

10) Dick Johnson Is Dead

Regarder le père au grand cœur de Kirsten Johnson, Richard « Dick » Johnson, se faire écraser par un climatiseur, percuter par une voiture et frapper à la tête par une poutre de construction procure un frisson saisissant. Ces étranges petites expériences, mises en scène par sa fille cinéaste et réalisées par des cascadeurs professionnels chevronnés, constituent la colonne vertébrale de ce documentaire tendre, une œuvre mémorielle parsemée de touches surréalistes.

Au lieu de se contenter de faire un portrait de son père, un joyeux psychiatre de Washington, Johnson construit un film qui tente d’affronter une peur universelle en se penchant sur des questions de processus. La mort, terrifiante et invincible, devient un projet artistique. Pourquoi Dick accepte-t-il de participer à ces cascades élaborées ? La réponse simple – il aime sa fille – devient de plus en plus claire au fur et à mesure que Dick Johnson Is Dead se déroule. Une 10ème place bien méritée dans notre classement des meilleurs films de 2020.

9) Mank

En 1941, RKO a donné à Orson Welles un véritable chèque en blanc pour réaliser Citizen Kane. En 2020, le chèque ne sera peut-être pas aussi blanc, mais il est clair que Netflix a donné à David Fincher la carte blanche qu’il mérite pour réaliser précisément le film qu’il voulait faire : un chef-d’œuvre monochrome typiquement méticuleux. Les parallèles personnels sont omniprésents : en racontant l’histoire d’un créateur de génie obsédé par un Hollywood dans lequel il ne trouve pas sa place, ce film est peut-être ce qui se rapproche le plus d’une autobiographie de Fincher – à laquelle le scénario, écrit par Fincher père, donne une dimension personnelle supplémentaire.

Mais c’est aussi le triste portrait d’un artiste autodestructeur, qui réalise son meilleur travail au détriment de presque tout. Les plongées profondes dans les méandres du vieil Hollywood seront trop spécifiques pour certains, mais pour les nerds du cinéma de l’âge d’or, c’est le paradis absolu.

8) Tenet

On poursuit notre top 10 des meilleurs films de 2020 avec le blockbuster Tenet. Après le secret de la CIA, le battage médiatique, les gros titres interminables sur les retards de sa date de sortie et la question de savoir s’il pouvait sauver le cinéma, le film palindromique de Christopher Nolan s’est avéré n’être qu’un bon film. Mais c’est un film qui nous a fait parler tout au long de l’été, le récit de 150 minutes n’étant qu’une rampe de lancement pour des débats fiévreux sur le voyage dans le temps.

Tous les dialogues n’étaient pas audibles. Le troisième acte a nécessité des organigrammes de bricolage pour le suivre. Mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un film évènement dans une année où il y en a très peu – et un film incroyablement intelligent, avec des scènes qui ressemblent à un film de James Bond. Tenet exige pratiquement d’être regardé à nouveau à la maison. Cette fois, avec les sous-titres.

7) The Invisible Man

Renaissant des cendres du Dark Universe, l’emblématique monstre universel a été réinventé par Leigh Whannell. Il ne s’est pas concentré sur l’Homme Invisible lui-même, mais sur sa victime, la Cecilia d’Elisabeth Moss, qui, dans une séquence d’ouverture haletante, échappe à sa relation abusive avec l’ingénieur en optique Adrian Griffin. Bien qu’il semble que Griffin se soit suicidé, Cecilia est convaincue qu’il la hante toujours.

Whannell imprègne les plans d’espaces vides d’un sentiment d’effroi total, qui, combiné à l’incroyable performance de Moss aux yeux sauvages, donne à cette mise en scène fantastique un sentiment de réalité et d’ancrage. Le résultat est une méditation profondément efficace sur le gaslighting et le traumatisme, mais qui fonctionne toujours comme un thriller d’horreur tendu et terrifiant – avec l’un des moments les plus choquants de 2020.

6) Soul

En 6ème place de notre liste des meilleurs films de 2020, on retrouve un autre film Pixar, l’excellent Soul. Le premier film du catalogue Pixar centré sur un personnage noir est un succès magique qui incarne la Pixar Touch. Bien que la décision de Disney d’éviter une sortie en salle du film pour le poster directement sur Disney+ le jour de Noël ne rende pas service à l’état de l’exposition, Soul vaut la peine de s’inscrire au service, car c’est l’un des meilleurs films de Pixar depuis des années. Un Oscar du meilleur film d’animation 2020 pour Soul.

5) The Father

The Father de Florian Zeller transmet la terreur, la fureur et l’angoisse de la démence de l’intérieur vers l’extérieur, en adoptant le point de vue fragmenté et peu fiable de son protagoniste, Anthony (Anthony Hopkins), jusqu’à ce que les frontières entre la réalité et l’illusion soient aussi déroutantes pour nous que pour lui.

Adaptant sa propre pièce de théâtre avec la rigueur formelle d’une boîte à puzzle, Zeller situe son action dans l’appartement d’Anthony, où il reçoit la visite d’un ensemble d’individus dont les identités – et les circonstances – semblent changer par caprice, qu’il s’agisse de sa fille Anne (Olivia Colman), d’une femme qui pourrait aussi être Anne (Olivia Williams), de deux hommes qui sont apparemment le mari d’Anne (Mark Gatiss et Rufus Sewell), et d’une nouvelle aide-soignante (Imogen Poots) qui ressemble beaucoup à la fille cadette (et peut-être morte ?) d’Anthony.

Psychodrame tourbillonnant sur la perte de la réalité, le film est déchirant précisément parce qu’il ne tire pas indûment sur la corde sensible. Zeller évoque plutôt avec respect les horreurs grandioses et subtiles de ce cauchemar trop commun, Hopkins incarnant Anthony avec une mystification, une malice et une crainte pitoyables.

4) Da 5 Bloods

À différents moments de l’année, pour des raisons très différentes, le dernier film de Spike Lee a fait mouche. À la fois film de guerre et thriller d’aventure sur quatre soldats afro-américains – joués par Clarke Peters, Isiah Whitlock Jr, Norm Lewis et l’exceptionnel Delroy Lindo – qui se retrouvent dans le Vietnam d’aujourd’hui, le film de Lee traite de l’intersection du racisme et de l’impérialisme américains dans la guerre du Vietnam. Sorti dans les semaines qui ont suivi le meurtre de George Floyd et les manifestations de Black Lives Matter qui ont suivi à travers le monde, il était clair que la voix de Lee reste aussi vitale et juste qu’elle l’a toujours été.

Puis, à la fin de l’été, Chadwick Boseman est soudainement décédé, apportant une toute nouvelle couche de déchirement au film – l’imagerie céleste du leader déchu Stormin’ Norman, incarné par Boseman, acquérant une nouvelle résonance tragique. Passant d’un ton à l’autre et d’un registre à l’autre avec habileté et aisance, Da 5 Bloods est tout simplement l’un des meilleurs films de 2020.

Et le podium est…

3) I’m Thinking of Ending Things

Dans un mouvement qui n’a surpris personne, il a fallu Charlie Kaufman pour livrer la plus grande prise de tête cinématographique de 2020. Bien qu’il soit basé sur un roman de Ian Reid, i’m thinking of ending things (sans majuscules) est un film 100% Kaufman, une méditation méta sur la condition humaine, à l’humour noir, qui fait vraiment tourner la tête. Le film commence comme une version tordue de Meet The Parents, alors qu’une jeune femme (Jessie Buckley) et son amoureux Jake (Jesse Plemons) se rendent dans une cour de ferme pour rencontrer les parents de ce dernier (David Thewlis, Toni Collette).

Le film entre ensuite dans sa propre zone de folie, avec des animaux de ferme euthanasiés, l’image récurrente d’un concierge d’école, un faux film de Robert Zemeckis, un cochon fantôme, de la danse moderne et un homme nu qui braille à l’arrière d’un camion. C’est un film sombre sur l’impossibilité d’espérer et la fragilité de la vie, mais il trouve son âme et son centre en Buckley, qui donne aux idées cérébrales de Kaufman une vulnérabilité et une émotion. Le film le plus audacieux de l’année. Bienvenue sur le podium des meilleurs films de 2020.

2) First Cow

Peu de réalisateurs sont aussi attentifs aux rythmes de la nature que Kelly Reichardt, et le formidable talent de la cinéaste pour évoquer le sens du lieu, de la pensée, de l’émotion et de la motivation est à l’honneur dans First Cow. Adapté du roman de Jonathan Raymond, The Half Life, le drame à combustion lente de Reichardt se concentre sur un chef cuisinier nomade des années 1820 nommé Cookie (John Magaro) qui, après être arrivé dans un fort du nord-ouest du Pacifique, se lie d’amitié et se lance dans les affaires avec un Chinois solitaire en fuite, King Lu (Orion Lee), en préparant et en vendant des « gâteaux huileux » populaires faits avec du lait volé à une vache laitière appartenant au riche Chief Factor (Toby Jones).

1) Nomadland

Enfin, en tête de notre classement des meilleurs films de 2020, on retrouve Nomadland. En apparence, Nomadland est l’histoire simple d’une femme d’âge moyen, Fern (Frances McDormand), qui, après avoir perdu son mari et sa maison, se lance dans une vie itinérante à travers les plaines américaines. Pourtant, le film de la réalisatrice Chloé Zhao est d’une grande profondeur, car il est imprégné de questions tourbillonnantes sur la perte et le chagrin, la découverte et l’émerveillement, les difficultés et la survie, la solitude et l’unité.

McDormand construit une performance grandiose à partir de gestes et d’expressions subtils, sa Fern faisant à la fois partie des vastes paysages qu’elle parcourt – et de la bande de compagnons nomades avec lesquels elle se lie d’amitié, dont David (David Strathairn) – tout en étant séparée d’eux. Avec les dynamiques économiques et sociales modernes comme toile de fond, le film de Zhao met en évidence la beauté, la peur, le danger et l’euphorie tranquille dans l’errance de Fern à la recherche du contentement, ce qui prouve qu’être seul et être solitaire ne sont pas toujours la même chose.

Accordé aux rythmes de la route et au terrain tour à tour rude et invitant (et impressionnant) du Midwest, et peuplé d’excellents acteurs non professionnels, le film de Zhao est une ode malickienne poétique à la nature pionnière de l’esprit américain inquiet. Un Oscar du meilleur film bien mérité.

%d blogueurs aiment cette page :