Découvrez notre classement des meilleurs films de 2021

Les meilleurs films de 2021

Place maintenant à notre classement des meilleurs films de 2021. Si 2020 a été l’année qui a secoué Hollywood comme aucune autre à cause du COVID, alors 2021 a peut-être été l’année qui a offert une guérison, une réinstallation et une correction de la trajectoire cinématographiques. Alors que les cinémas ont rouvert leurs portes – et qu’ils ont dû faire face à la domination toujours plus grande des plateformes de streaming à domicile – de nombreux films très médiatisés, dont plusieurs avaient été retardés de plusieurs mois, ont laissé une trace.

Pour cette liste des meilleurs films de 2021, nous avons rassemblé les meilleurs longs métrages sortis au cours de l’année civile, y compris les films en salle et les titres qui ont été diffusés directement sur les plateformes de streaming, tous genres confondus. Soyons clairs : ce sont tous des films exceptionnels que nous recommandons vivement.

Découvrez notre top 15 des meilleurs films de 2021

15) Last Night in Soho

On commence notre classement des meilleurs films de 2021 avec Last Night in Soho d’Edgar Wright. C’est le plus beau cadeau aux histoires de fantômes depuis Le Sixième Sens de M. Night Shyamalan, et son rebondissement final est peut-être encore plus subversif.

C’est un rêve devenu cauchemar, qui s’écarte du récit de l’âme piégée et propose une variation incisive sur l’autonomisation des femmes, aussi perversement justifiée soit-elle. Quelqu’un est mort dans chaque pièce de chaque immeuble du légendaire quartier de Soho à Londres, et chaque esprit a une histoire à raconter.

14) Benedetta

Jésus est une source de plaisir et de douleur dans Benedetta, la provocation ludique de Paul Verhoeven, basée sur des faits réels, qui raconte l’histoire d’une nonne du XVIIe siècle, Benedetta Carlini (Virginie Efira), léguée par son père à Dieu, puis à un couvent toscan administré par une abbesse sévère (Charlotte Rampling).

Ayant des visions de l’épouse du Christ et présentant des signes de stigmates, Benedetta est vénérée par ses camarades nonnes et prend la place de l’abbesse, ce qui crée des conflits au sein du couvent, compliqués par sa romance lesbienne naissante avec Bartolomea (Daphne Patakia), victime d’inceste.

13) Tick, Tick… Boom!

Le talent apparemment inépuisable de Lin-Manuel Miranda a atteint de nouveaux sommets cette année lorsque l’auteur-compositeur-acteur multi-hypothétique s’est révélé être un réalisateur astucieux via tick, tick… BOOM ! Rare adaptation cinématographique d’une pièce qui dépasse ses origines scéniques, le film de Miranda atteint un état de grâce en transformant le one-man-show de Jonathan Larson en un biopic musical poignant sur l’artiste en difficulté qui a créé Rent et qui est mort la veille de sa première représentation.

Il est aussi énormément aidé par le tour de force d’Andrew Garfield. Vulnérable et arrogant, dégoûtant et grégaire, Garfield n’a jamais été aussi bon que lorsqu’il ramène Larson d’entre les morts, ce qui est d’autant plus impressionnant quand on sait qu’il n’est même pas un chanteur naturel. Malgré cela, ce n’est rien de moins qu’un sommet dans sa carrière. L’un des meilleurs films de 2021.

12) Nightmare Alley

Avec cette adaptation/remake du roman de 1946 de William Lindsay Gresham et du film de 1947 qui en est tiré, Guillermo del Toro livre son meilleur film depuis Le Labyrinthe de Pan, en 2006. D’une durée de deux heures et trente minutes, il avance rapidement, mais aussi lentement, dans son intrigue tortueuse, et nous présente une série de personnages mémorables interprétés par un casting parfait.

Bradley Cooper incarne Stan Carlisle, un escroc de bas étage qui trouve par hasard un emploi de forain en 1939 et découvre bientôt le secret d’une escroquerie qu’il pratique dans les plus hautes sphères de la richesse et du pouvoir. Le message du thriller noir de del Toro est clair : le pouvoir et l’avidité détruisent tous ceux qui les touchent, et généralement, la seule chose que vous trouvez au bout de la ligne est quelqu’un de meilleur que vous.

La reconstitution par le réalisateur d’un cirque ambulant de l’époque de la dépression est impeccable, et même lorsque le film se déplace dans les couloirs du pouvoir des grandes villes, on a l’impression que les monstres sont toujours aux commandes, mais en pire.

11) House of Gucci

Certains critiques disent que le facteur « camp » est un inconvénient. Pas du tout. L’obscène et divertissant film policier de Ridley Scott est le genre de film que l’on ne fait plus guère, un drame à gros budget pour adultes, qui ne se cache pas d’être un spectacle. Lady Gaga déchire l’écran comme si c’était du papier de soie. Ce n’est manifestement que le début d’une sacrée carrière cinématographique. Elle est une force de la nature. L’un des tout meilleurs films de 2021.

Place à notre top 10 des meilleurs films 2021

10) The French Dispatch

On poursuit notre remontée du classement des meilleurs films de 2021 avec The French Dispatch. Lettre d’amour au New Yorker et à son journalisme érudit, The French Dispatch est un autre film de Wes Anderson débordant d’humour et de charme. Avec les compositions symétriques, les airs pop enjoués et l’esprit vif qui sont devenus sa marque de fabrique, le film d’Anderson porte à la fois sur la publication fictive The French Dispatch – dont le siège est situé dans la ville fictive d’Ennui-sur-Blasé et qui est dirigée par le rédacteur en chef sortant Arthur Howitzer Jr (Billy Murray) – et sur la mise en scène de son dernier numéro.

Un casting illustre (dont Frances McDormand, Benicio Del Toro, Owen Wilson, Timothée Chalamet, Jeffrey Wright, Tilda Swinton et Adrien Brody) navigue dans des scénarios amusants qui défendent les vertus de la peinture, des médias, de la cuisine, du théâtre, de la révolution et, bien sûr, du cinéma. Le penchant d’Anderson pour les récits cinématographiques excentriques se ressent dans chacune de ses images immaculées, ses interludes animés et ses apartés pince-sans-rire, qui sont tous en phase avec le désir de ses personnages de raconter leurs histoires de la manière unique et honnête qui leur convient.

9) No Time to Die

Et si James Bond voulait être plus que James Bond ? C’est un postulat plutôt audacieux pour une franchise qui, depuis plus d’un demi-siècle, fait commerce des fantasmes masculins et de ce que l’on pourrait appeler des notions démodées de la masculinité. Pourtant, c’est exactement ce que Daniel Craig et l’armée de collaborateurs d’Eon Productions tentent de faire avec No Time to Die, le cinquième et dernier film de 007 avec Craig dans le rôle de Bond. Et ce qui est encore plus impressionnant, c’est qu’ils y parviennent avec enthousiasme et avec un culot qui a été largement absent pendant l’ère Craig. No Time to Die reste évidemment l’un des meilleurs films de 2021.

Certes, Craig est la pièce maîtresse de cette épopée de Bond, offrant la performance de Bond la plus complexe et la plus sombre jamais portée à l’écran. Mais le réalisateur et co-scénariste Cary Joji Fukunaga injecte également un peu de fantaisie et de gaieté dans les procédures, faisant de ce film une aventure plus vivante qu’au moins les trois derniers films de Bond, ainsi qu’un film qui améliore rétroactivement l’austère Spectre (2015) en faisant l’impensable pour cette série et en donnant suite à un premier rôle féminin avec le Dr Swann de Léa Seydoux et à un méchant précédemment gaspillé avec le Blofeld de Christoph Waltz.

Il présente également certaines des séquences d’action les plus dynamiques de l’année, comme une éblouissante poursuite en moto et en Aston Martin à travers l’Italie et un showstopper cubain où Ana de Armas prouve qu’il n’y a pas de petits rôles en volant un film de trois heures en 15 minutes.

8) Julie (en 12 chapitres)

Tout le monde est la « pire personne au monde » de quelqu’un, et dans la comédie dramatique du réalisateur norvégien Joachim Trier, cette personne est Julie (Renate Reinsve dans une performance brillante). Comme nous tous, Julie trouve son chemin dans l’existence, non pas avec des idées préconçues ou des plans, mais plutôt en trébuchant d’une décision à l’autre, que ce soit en amour, au travail ou dans la vie en général. Bien sûr, elle n’est pas du tout comme le titre le décrit, mais en cours de route, elle blesse les autres et se blesse elle-même.

Le scénario (coécrit avec Eskil Vogt) et la mise en scène de Trier sont si riches des détails des événements et des relations de tous les jours qu’il est difficile d’imaginer que même quelqu’un qui n’aime pas les sous-titres ne trouve pas quelque chose à quoi s’identifier dans ce film drôle, poignant et discret. Reinsve est parfois agaçante, déchirante, frustrante et enchanteresse. Julie (en 12 chapitres) trouve facilement sa place parmi les meilleurs films de 2021.

7) West Side Story

Le remake très attendu de Steven Spielberg a suscité un engouement considérable pour la saison des prix après sa première. Il s’avère que c’est la surprise cinématographique de l’année. Ce n’est pas impeccable, mais on pourrait probablement en dire autant de l’original. C’est surtout un film exaltant, avec des performances de Rachel Zegler et Ariana DeBose qui font le buzz.

C’est aussi le meilleur film de Spielberg depuis Minority Report, il y a deux décennies. Il n’y a pas une seule performance faible dans le casting chatoyant, mais peut-être que le plus puissant est Mike Faist dans le rôle de Riff.

6) The Green Knight

On continue notre top 10 des meilleurs films de 2021 avec The Green Knight. Épopée arthurienne à mi-chemin entre l’opulent Excalibur de John Boorman et le dépouillé Lancelot du Lac de Robert Bresson, le majestueux Le Chevalier vert de David Lowery est un conte médiéval sur la magie, le meurtre et la nature de l’héroïsme et du récit. L’adaptation de Lowery de Sir Gawain et du Chevalier vert suit Sir Gawain (Dev Patel), ivre et immature, dans sa quête pour retrouver le Chevalier vert couvert d’écorce, qu’il a décapité un an plus tôt et qui, dans le cadre de leur « jeu », lui rend la pareille.

5) Drive My Car

Candidat inattendu aux Oscars pour le meilleur film et ainsi que le meilleur film étranger, le drame épique et intimiste de Ryusuke Hamaguchi raconte l’amitié entre un acteur veuf et son jeune chauffeur. Digne d’un investissement de trois heures et riche en émotions, il est difficile de comprendre comment ce film a perdu la Palme d’or au Festival de Cannes au profit du prétentieux et techniquement impressionnant Titane.

4) Pig

Dans Pig, Nicolas Cage joue le rôle d’un chasseur de truffes reclus qui retourne à Portland pour retrouver son cochon kidnappé. Bien que cette prémisse suggère une saga de sauvetage et de vengeance à la John Wick, le premier long métrage du réalisateur Michael Sarnoski est plutôt une affaire beaucoup plus réservée et mélancolique. Le Robin de Cage, un homme dépenaillé menant une vie isolée et rustique, s’associe à son acheteur narquois Amir (Alex Wolff) pour récupérer son cochon adoré, ce qui déclenche une quête qui l’oblige invariablement à revisiter les coins modernes du monde qu’il a depuis longtemps laissé derrière lui.

Ce faisant, le scénario de Sarnoski et Vanessa Block se révèle être une méditation sur le caractère définitif de la perte et l’impossibilité d’échapper à l’angoisse qu’elle engendre inévitablement. La belle surprise de notre classement des meilleurs films de 2021.

Et le podium est…

3) Licorice Pizza

Licorice Pizza, de Paul Thomas Anderson, raconte l’histoire de deux aventuriers fous amoureux, et témoigne de son affection pour la Californie des années 1970, époque de la jeunesse du scénariste et réalisateur. Dans la vallée de San Fernando, Gary (Cooper Hoffman, fils de Philip Seymour), lycéen, et Alana (Alana Haim, musicienne devenue actrice), jeune femme d’une vingtaine d’années, nouent une improbable quasi-romance grâce à leur désir commun d’obtenir quelque chose de plus que leur lot actuel dans la vie, et à leur approche enthousiaste pour obtenir ce qu’ils veulent.

Leur relation en dents de scie est le fil conducteur du film d’Anderson, qui montre Gary et Alana essayant de réussir – et de s’échapper de leur maison d’Encino – en vendant des matelas à eau, en travaillant comme acteurs et en gérant une salle de flipper, ce qui les amène à rencontrer un assortiment de personnages d’Hollywood, dont la star Jack Holden (Sean Penn), le réalisateur Rex Blau (Tom Waits) et le producteur Jon Peters (Bradley Cooper). Bienvenue sur le podium des meilleurs films de 2021.

2) Dune : Partie 1

Adaptation du roman classique de science-fiction de Frank Herbert paru en 1965 (ou, du moins, de sa première moitié), le film de Denis Villeneuve est gargantuesque à tous égards. Son récit d’intrigues politiques intergalactiques, de prophéties d’élus et d’aventures de jeunes gens se déroule dans des palais de béton, des chambres circulaires et des déserts extraterrestres qui semblent interminables.

Des vaisseaux monolithiques qui transportent les personnages vers d’étranges nouveaux mondes aux vers des sables qui rôdent sous la surface de l’inhospitalière Arrakis, en passant par les grondements de tonnerre et les silences oppressants de la partition de Hans Zimmer, Villeneuve privilégie la taille écrasante. Il en va de même pour sa narration, qui raconte le parcours du jeune Paul (Timothée Chalamet), d’héritier du trône à messie en puissance, après que son père (Oscar Isaac) a obtenu le contrôle d’Arrakis et de ses précieuses réserves d’épices.

Trahison, terreur et guerre s’ensuivent, le tout mis en scène de manière palpitante par le réalisateur, qui, avec l’aide d’une distribution de premier plan comprenant James Brolin, Jason Momoa, Stellan Sarsgård, Javier Bardem, Zendaya et la magnifique Rebecca Ferguson, élabore une odyssée influencée par le Moyen-Orient et qui semble légitimement mythique. L’un des films les plus attendus de l’année et qui mérite amplement sa 2ème place dans notre classement des meilleurs films de 2021.

1) The Power of the Dog

Enfin, en tête de notre liste, on retrouve The Power of the Dog. Si des films comme Nomadland et The Rider ont donné un nouvel élan au western américain, le drame tonitruant de Jane Campion l’a vidé de sa substance pour un effet étonnant. Benedict Cumberbatch offre une performance exceptionnelle (et aurait mérité d’être récompensé aux Oscars) dans le rôle d’un éleveur violemment cruel confronté à l’inattendu.

De nombreuses nominations aux Oscars (12 au total) dont les seconds rôles Jesse Plemons, Kodi Smit-McPhee et Kirsten Dunst, tandis que Campion mérite pleinement de devenir la troisième femme à remporter l’Oscar du meilleur réalisateur pour l’une des dissections les plus provocantes et artistiquement complexes de la masculinité toxique depuis Vertigo. Pour nous, LE meilleur film de 2021.

%d blogueurs aiment cette page :