Les meilleurs films d’action des années 90

Place maintenant à notre liste des meilleurs films d’action des années 90. Les années 1990 ont été aussi bonnes que possible pour le cinéma. L’importance de Sundance et de Miramax a vu la montée du cinéma indépendant se frayer un chemin vers le grand public. Des cinéastes comme Quentin Tarantino, Stephen Soderbergh et Ang Lee ont commencé à trouver leur voie et à devenir des auteurs cinématographiques.

Découvrez notre classement des meilleurs films d'action des années 90.

La barre des effets visuels n’a fait que s’élever, grâce à des réalisateurs comme les sœurs Wachowski et James Cameron. La confiance renouvelée des producteurs dans ces réalisateurs pour qu’ils mènent à bien leur vision créative, l’augmentation du nombre de stars fiables capables de porter une histoire et la soif du public de voir le monde exploser ont conduit à une décennie d’œuvres mémorables, défiant les genres. Le film d’action moderne a peut-être vu le jour dans les années 80, mais la décennie suivante a vu le genre se remodeler et s’enflammer pour nous donner une foule de films emblématiques. Voici les meilleurs films d’action des années 1990.

Découvrez notre classement des meilleurs films d’action des années 90

Total Recall – 1990

Total Recall

Paul Verhoeven est un maître des films indéfinissables. Il aborde l’érotisme, l’action et la science-fiction avec un sens de la satire très mesuré et ironique qui n’a d’égal que son respect indéfectible pour tout ce qui dépasse les bornes. Total Recall, qui est l’une de ses meilleures œuvres, met en scène Arnold Schwarzenegger dans le rôle de Average Joe, un type ordinaire qui se rend à la clinique Recall locale – un endroit où l’on peut se faire implanter les souvenirs les plus merveilleux dans la tête – et finit par retrouver des souvenirs savamment refoulés de sa vie d’agent secret. Il se retrouve alors confronté à d’innombrables agents du gouvernement, dont sa femme (Sharon Stone), alors qu’il tente de faire tomber une agence malveillante.

Basé sur une nouvelle de Philip K. Dick, Total Recall est somptueux et ridicule, un bastion du talent de Verhoeven pour l’extravagance et sa volonté d’aller vers les extrêmes. Ce qui lui manque en cohérence, il le compense par un panache pur, car Verhoeven explore les merveilles d’une société futuriste en bouleversant les conventions du genre aussi souvent qu’il s’y complaît. Plein d’humour et de violence gore, Total Recall est le mythe du héros Schwarzeneger à travers la lentille tordue de Verhoeven, ce qui en fait un film unique en son genre qui a toute sa place parmi les meilleurs films d’action des années 90.

Nikita – 1990

Nikita est l'un des meilleurs films d'action des années 90

Nikita a non seulement lancé la carrière de Luc Besson en tant qu’homme international du divertissement d’action. Le film commence avec Anne Parillaud comme une droguée avec un désir de mort couplé à un déclencheur impulsif. Elle tire sur un policier après s’être endormie sous l’effet de la drogue pendant que sa bande de dealers dévalisait un magasin et mourait au cours d’une fusillade avec la police. Le policier qu’elle a abattu l’a simplement réveillée, s’attendant à ce qu’elle soit une demoiselle en détresse.

Nikita n’a pas été effrayée par lui. Elle n’en avait juste rien à faire. Alors elle l’a tué. Nikita brutalise davantage l’autorité en prison, atterrit en confinement et se voit offrir un choix par le gouvernement : accepter une condamnation à mort ou devenir un assassin. Nikita est aidée par une icône de la Nouvelle Vague française, Jeanne Moreau, qui lui apprend à embrasser une féminité digne, même si elle est une tueuse à gages.

Beaucoup de films pensent que pour rendre une femme assassin sexy, il faut lui donner une mauvaise attitude et l’habiller de cuir moulant, mais Besson donne à Nikita le traitement de Bond. Elle commence par avoir une mauvaise attitude et apprend la grâce, tout en s’habillant d’une robe faite pour les cocktails et en obtenant son permis de tuer. L’un des meilleurs films d’action des années 90.

Point Break – 1991

Point Break

Point Break est l’un des meilleurs films d’action des années 90, et de loin. La réalisatrice Kathryn Bigelow place deux visions opposées de la masculinité au centre du film : Bodie, le hors-la-loi amateur de sports extrêmes de Patrick Swayze, et Johnny Utah, l’agent du FBI guindé de Keanu Reeves.

Comme beaucoup l’ont dit, le film pourrait être vu comme une romance non réalisée entre les deux hommes, alors que Utah s’infiltre dans la bande de voleurs de banque de Bodie, qui porte un masque présidentiel. Il y a une tristesse au centre du film qui pourrait être interprétée comme sexuelle, romantique, et directement liée à l’identité hétéro. Bodie est libéré, ce qui signifie qu’il ne peut pas vivre selon les diktats de la société, que Kathryn Bigelow considère comme étant principalement guidée par la répression et l’uniformité.

Lorsque Utah laisse Bodie partir à la toute fin, pour qu’il rencontre sa fin au milieu d’une houle de vagues énormes, on peut voir que là où Utah avait initialement envie d’ordre, de fraternité et de discipline, il voit maintenant la romance de l’oubli qui a séduit Bodie. C’est une pensée sombre, mais en regardant les murs d’eau qui s’écrasent, il est difficile de contester la liberté qu’une telle perspective permet.

Terminator 2 : le Jugement dernier – 1991

Terminator 2 : le Jugement dernier est l'un des meilleurs films des années 90

James Cameron n’est pas étranger à l’innovation. Le réalisateur de blockbusters est connu pour pousser la technologie vers l’avant ou attendre qu’elle rattrape son retard pour réaliser sa vision grandiose et méticuleuse. C’est le cas pour Terminator 2 : Judgment Day et la collaboration de James Cameron avec l’équipe VFX Industrial, Light, and Magic. Ensemble, Cameron et l’équipe ont créé un méchant emblématique instantané avec Robert Patrick, un robot métallurgique liquide, qui a été le premier personnage principal d’un long métrage à être entièrement réalisé en images de synthèse.

En outre, Cameron a pris sa création originale de méchant en Arnold Schwarzenegger et lui a ouvert une nouvelle voie pour en faire un héros qui n’avait jamais été vu auparavant. Avec une cascade en hélicoptère qui fait encore fondre le cerveau des gens, Terminator 2 est une œuvre indélébile de science-fiction qui tient toujours la route aujourd’hui. Probablement l’un des tout meilleurs films d’action des années 90.

Hard Boiled – 1992

Hard Boiled

John Woo est une légende du genre de l’action, c’est pourquoi vous verrez tant de ses films sur cette liste. Hard Boiled, son dernier film officiel à Hong Kong avant de partir pour Hollywood, est l’un de ses films les plus divertissants et stylistiquement définitifs, et un géant du genre. Hard Boiled met en scène Chow Yun-Fat dans le rôle de Tequila, un flic coriace de Hong Kong, obsédé par l’idée de démanteler le réseau criminel infâme qui a assassiné son partenaire, et qui fait équipe avec un flic sous couverture.

Au cours de ce périple, les scènes de combat et les fusillades chorégraphiées par John Woo sont légion et culminent dans un dernier acte d’une violence inouïe qui n’est qu’une succession de coups de théâtre. L’un des meilleurs films d’action du début des années 1990.

El Mariachi – 1992

El Mariachi est l'un des meilleurs films d'action des années 90

On poursuit notre remontée de notre liste des meilleurs films d’action des années 90 avec El Mariachi. Le film qui a mis Robert Rodriguez sur la carte et injecté instantanément son nom dans l’éthique du cinéma indépendant des années 90, El Mariachi était un succès inattendu que personne n’avait vu venir.

Réalisé avec un budget dérisoire de 7 000 dollars et des acteurs non professionnels, Rodriguez a écrit, tourné et monté le film autour de son interprétation singulière de l’action. Pris au milieu d’une guerre sanglante, El Mariachi est une histoire d’erreur d’identité qui a failli coûter la vie à un enfant du pays avec une guitare et un rêve. Fait avec une intensité fiévreuse, Rodriguez met en place des fusillades avec finesse comme un cinéaste né.

Demolition Man – 1993

Demolition Man

Associer deux icônes de l’action était une évidence pour le réalisateur Joel Silver dans son hybride science-fiction/action Demolition Man. Mettant en vedette Sylvester Stallone et Wesley Snipes dans un véhicule à voyager dans le temps, rempli d’adrénaline et souvent drôle, le film repose sur le concept d’une prison futuriste qui congèle ses détenus pour leur permettre de purger leur peine.

Wesley Snipes est incroyable dans le rôle du méchant Simon Phoenix, avec ses cheveux décolorés et son look de salopette en jean des années 90, se frayant un chemin dans le Los Angeles futuriste et montrant l’athlétisme qui a fait de lui une star de l’action si regardable. Stallone est fiable, comme toujours, associé à Sandra Bullock pour incarner le pendant féroce et volontaire des hommes d’action des années 90.

Demolition Man reste un des meilleurs films d’action des années 90 en raison de ses combats mémorables, mais aussi de sa satire du consumérisme américain, qui est toujours d’actualité.

Chasse à l’homme – 1993

Chasse à l'homme est l'un des meilleurs films des années 90 pour Jean-Claude Van Damme

Le premier film d’action américain de John Woo est à peu près ce que l’on attend d’un tel scénario : de grosses explosions, un héros fanfaron et un intérêt minimal pour l’intrigue (il s’agit ostensiblement de l’histoire d’un marin héroïque qui s’attaque à une société impitoyable d’hommes qui chassent les sans-abri pour le sport, mais il s’agit en fait de Jean Claude Van Damme qui donne des coups de pied au cul).

La chorégraphie de Woo, surtout avec un spécimen athlétique comme Van Damme, est d’une précision qui permet au public d’être attentif à chaque moment de l’action. Chaque coup de poing, chaque coup de pied et chaque balle atterrissent – une compétence qui a largement fait défaut au cours de la dernière décennie, lorsque des artisans moins doués ont essayé d’imiter les combats frénétiques à la Bourne de Paul Greengrass.

Ce n’est peut-être pas aussi intelligent ou incisif que les films de Woo à Hong Kong, mais c’est tout de même l’un des meilleurs long-métrages des années 90.

Le fugitif – 1993

Le Fugitif

Sur le papier, cela ne semblait être qu’un petit thriller d’action, mais il s’avère que Harrison Ford a réalisé l’un des meilleurs films des années 90. En effet, le rôle de Ford, dans lequel il incarne un éminent médecin condamné à tort pour le meurtre de sa femme, est merveilleusement dynamique et, sans surprise, intense. Comme le titre le suggère, le Dr Richard Kimble s’échappe en route vers le couloir de la mort et se retrouve poursuivi par un Marshal américain implacable, joué par Tommy Lee Jones.

Le réalisateur Andrew Davis présente le film comme un thriller d’action ininterrompu avec une forte composante de mystère, et bien qu’il y ait certainement des éléments de décor spectaculaires, ce sont les performances profondément humaines de Ford et Jones qui font vraiment décoller ce film. Il n’est pas étonnant que le film ait été nommé sept fois aux Oscars, dont celui du meilleur film, et que Tommy Lee Jones ait remporté un prix.

Leon – 1994

Leon

Place maintenant à la très belle années 1994 dans notre classement des meilleurs films d’action des années 90. Dans ce conte brutal mais étrangement affectueux sur l’amour à Manhattan, Luc Besson a confié à la légende française Jean Reno le rôle du mystérieux tueur à gages, Léon.

Il sauve la jeune Matilda (Natalie Portman, dont l’incroyable performance est la raison pour laquelle le film fonctionne) d’un psychopathe vicieux, fanatique de Beethoven, Gary Oldman, qui massacre toute sa famille. Léon est peut-être une histoire d’amour tragique déguisée en thriller d’action, mais lorsque les fusillades ont lieu et que le sang coule à flots, la violence prend toute sa dimension.

Speed – 1994

Speed est l'un des meilleurs films d'actions des années 90

Si quelqu’un pouvait être couronné roi de l’action des années 90, il serait facile de plaider en faveur de Keanu Reeves. Simple dans sa conception de l’intrigue et exécuté avec expertise par son réalisateur Jan De Bont, Speed est l’un des plus grands films d’action de tous les temps car il ne vous lâche littéralement jamais. Le film avait également tout pour plaire au niveau du casting.

Dans un bus armé jusqu’aux dents d’explosifs à cause d’un psychopathe qui ne s’en est pas tiré avec ses crimes précédents, Dennis Hopper hurle à travers les cadres en tant que grand méchant ; dans le bus se trouvent l’officier Keanu et la passagère Sandra Bullock, qui doivent tous deux empêcher le bus d’exploser. Speed a prouvé que l’on pouvait rester simple tout en créant une expérience enivrante que les gens n’oublieront jamais.

True Lies – 1994

True Lies

À la fois film d’action avec Arnold Schwarzenegger et comédie familiale, True Lies est l’un des tout meilleurs films d’action des années 90 et l’un des meilleurs films d’Arnorld Schwarzenegger. Certes, le film n’a peut-être pas redéfini le genre, comme tant d’œuvres de Cameron ont tendance à le faire, mais c’est un sacré bon moment et un agréable mélange des genres.

Conçu comme une œuvre de Schwarzenegger qui donne finalement à sa co-star Jamie Lee Curtis un espace égal pour briller, l’histoire suit le personnage de Schwarzenegger, Harry Trasker, un agent spécial qui cache sa vie à ses proches, y compris à sa femme, Helen (Curtis), dont nous découvrons bientôt qu’elle recherche ses propres sensations fortes. Cameron, qui a l’habitude de savoir exactement ce qu’il faut faire avec Bill Paxton, utilise l’acteur de la meilleure façon qui soit dans le rôle d’un vendeur de voitures sordide, qui arnaque la vie sous l’apparence d’un agent secret.

C’est lorsqu’il prend Helen dans sa toile que les choses se compliquent. Cameron nous offre tout le spectacle d’action auquel on peut s’attendre, avec des effets qui lui ont valu une nomination aux Oscars. C’est l’une des meilleures comédies d’action de la décennie, même si elle est loin d’être l’une des meilleures œuvres de Cameron.

The Crow – 1994

The Crow

Place à la 2ème partie de notre liste des meilleurs films d’action des années 90

Sombre récit de vengeance réalisé avec un style exemplaire, The Crow reste une sorte d’anomalie. Cette histoire violente d’une future rock star (le regretté Brandon Lee) qui revient d’entre les morts pour se débarrasser violemment des hommes qui ont violé et assassiné sa femme, et du patron sadique qu’ils servent (Michael Wincott), contourne les éléments fantastiques mais reste largement concentrée sur son univers unique.

On n’insiste pas sur la manière dont le justicier connu sous le nom de Crow revient et le monde sombre dans lequel il réside n’est pas un monde de magie. C’est un concept simple mais audacieux qui permet au réalisateur Alex Proyas d’exprimer une vision cynique du monde, et la puissance durable du film provient de ses choix stylistiques.

Une journée en enfer – 1995

Une journée en enfer est l'un des meilleurs films d'action des années 90

La plus grande force de Une journée en enfer est peut-être qu’il n’a pas commencé comme un film Die Hard. Il s’agissait à l’origine d’un thriller intitulé « Simon Says », que le studio a transformé en un film Die Hard. Une journée en enfer change les règles de Die Hard dans tous les sens du terme. Au lieu de confiner l’action à un seul endroit, elle s’étend sur tout New York. Au lieu de mettre McClane seul, il est associé à un samaritain réticent, Zeus (Samuel L. Jackson).

Au lieu de voir McClane se languir de sa femme, il est maintenant un ivrogne qui a été suspendu et qui a tout perdu. Et pourtant, le film conserve l’essence même de ce que devrait être un film Die Hard, à savoir John McClane essayant d’arrêter un groupe de méchants et se faisant démolir au passage. Bien qu’il soit à la limite du surhumain dans ce film, Une journée en enfer reste l’un des meilleurs films d’action des années 90 et le deuxième meilleur film Die Hard.

Bad Boys – 1995

Bad Boys

On continue notre remontée dans le temps des meilleurs films d’action des années 90 avec l’incontournable Bad Boys. Si vous vous êtes déjà demandé comment Michael Bay arrive à faire ce qu’il fait ou comment Will Smith est passé du Prince de Bel Air à héros de film d’action, ne cherchez pas plus loin que Bad Boys.

Ce film hyper-stylisé a transformé leurs deux carrières en une explosion géante, tout en donnant judicieusement la vedette à Téa Leoni et à son baby blues. Et ce, malgré une intrigue banale et sans rebondissements. Mais c’est une sacrée aventure.

Mort Subite – 1995

Mort Subite

Les imitations de Die Hard se comptaient par dizaines dans les années 90, mais Mort subite est l’une des plus fidèles à la formule et l’une des meilleures. Le film est décrit comme Die Hard dans une patinoire de hockey, avec Jean Claude Van Damme en tête d’affiche. Van Damme incarne Darren McCord, un ancien pompier traumatisé par une tragédie survenue sur le terrain, qui choisit la pire nuit possible pour amener ses enfants dans la patinoire qu’il supervise en tant que chef des pompiers.

C’est alors qu’entre en scène Powers Booth, qui incarne le Hans Gruber du film, un militaire cupide du nom de Joshua Foss qui retient le vice-président en otage et menace de faire exploser toute la patinoire s’il n’obtient pas son argent. Mais Foss est un méchant bien plus tordu que ne l’a jamais été Gruber, éliminant avec joie des civils innocents et profitant de chaque occasion pour tourmenter la jeune fille de McCord, qu’il n’a de cesse de railler, de menacer et d’essayer de tuer. En matière d’imitation, Mort subite est unique en son genre.

Goldeneye – 1995

Goldeneye

Comment ne pas placer Goldeneye dans notre liste des meilleurs films d’action des années 90 ? Cette année 1995, tout comme l’année précédente nous aura servi d’excellent films d’action. Mais force est de constater que ce Goldeneye marquera l’année comme l’un des meilleurs James Bond des années 90. Le film permettra également l’introduction de Dame Judi Dench dans le rôle de M. Et la mort canonique à l’écran d’un des acteurs ayant le plus été tué à l’écran de tous les temps, Sean Bean.

The Rock – 1996

The Rock

Il y a les films d’action et puis il y a « Bayhem » (contraction entre le nom Bay et mayhem qui signifie chaos), le seul terme qui convienne pour décrire ce réalisateur trop zélé et excessif. La suite de Michael Bay à son film à succès Bad Boys était une autre sorte d’équipe. Nicolas Cage incarne l’agent Goodspeed, l’expert en chimie du FBI qui doit démanteler les bombes que le traître général Francis Blackwell (Ed Harris) a armées sur Alcatraz, et demande l’aide du seul homme à s’être échappé de la tristement célèbre prison, Sean Connery.

La mise en scène est plutôt simpliste, mais ce qui suit est une succession d’éléments mémorables. Bay montre qu’il est capable de créer des séquences palpitantes à haute intensité avec précision, même lorsqu’elles semblent ridicules. Bay transforme Alcatraz en un terrain de jeu sale et destructeur, fait d’étincelles, de fusillades, d’excès et d’explosions.

The Rock n’était que la partie émergée de l’iceberg des superproductions pour le réalisateur désormais iconique du chaos, mais reste l’un de ses meilleurs films.

Mission Impossible – 1996

Mission: Impossible est l'un des meilleurs films d'action des années 9à

La franchise Mission : Impossible est l’exemple idéal de ce que devrait être une série de films à gros budget, ancrée par une série de cinéastes stylés de premier plan et l’audace inégalée de Tom Cruise. À l’exception notable du deuxième volet, profondément défectueux, ces films ont permis à J.J. Abrams et Brad Bird d’exercer leur savoir-faire sur grand écran, mais ils n’ont jamais été aussi hypnotiques visuellement et caustiques narrativement que dans l’original de Brian De Palma.

À la recherche des responsables des meurtres de son équipe, l’Ethan Hunt de Tom Cruise doit croiser et doubler les agences gouvernementales et les patrons du crime, et De Palma en profite pour mettre en scène l’intrigue et les cascades stupéfiantes avec une verve hitchcockienne. L’un des meilleurs films des années 90 contient des scènes sensationnelles et rythmées d’une manière qui est indéniablement redevable au langage cinématographique de Brian De Palma, du cambriolage fascinant à Langley à l’échange final dans un train à grande vitesse.

Independance Day – 1996

Independance Day

Oublions la suite et souvenons-nous d’Independence Day dont nous sommes tous tombés amoureux en 1996. Avant que le spectacle apocalyptique de Roland Emmerich ne devienne redondant, il nous a donné un film d’action sur l’invasion d’extraterrestres, et il était soutenu par un casting exceptionnellement charmant et nonchalamment inclusif bien avant que la diversité ne devienne un mot à la mode.

On ne peut tout simplement pas battre le harcèlement nerveux de Judd Hirsch, ou les chamailleries inlassables de Will Smith et Jeff Goldblum alors qu’ils s’envolent vers l’impossible. Évidemment, on ne peut pas battre Bill Pullman qui prononce ce qui reste l’un des meilleurs discours au cinéma de tous les temps. Outre les charmes infinis du film, il ne faut pas sous-estimer l’impact des effets révolutionnaires d’Emmerich, tournés en miniature, qui sont toujours d’actualité malgré les énormes progrès technologiques des 20 dernières années.

Independence Day est arrivé bien avant l’aube du divertissement apocalyptique omniprésent, et le spectacle présenté était une expérience époustouflante, différente de tout ce qui avait été fait auparavant. L’un des tout meilleurs films d’action des années 90.

Los Angeles 2013 – 1996

Los Angeles 2013

Alors que New York 1997 était un classique de la science-fiction, stylé et précisément découpé – politiquement subversif, sérieux dans sa conception et vibrant d’inventivité dans son imagerie – Los Angeles 2013 semble plus délibérément insolent. Cela ne veut pas dire que la deuxième mission de Snake Pliskin (Kurt Russell) n’est pas empreinte de la politique gauchiste de John Carpenter, mais elle est livrée dans une esthétique beaucoup plus grandiloquente, les gris et les bleus sombres du premier film étant remplacés par des jaunes, des oranges et des rouges.

Dans Los Angeles 2013, opposé à un révolutionnaire cruel qui se fait passer pour Che Guevera, Pliskin est un homme avec un nom, une célébrité même, qui se bat et tire pour se sortir d’une île de maniaques et d’épaves de la côte ouest, en essayant simplement de faire son travail.

Au Revoir à Jamais – 1996

Au Revoir à Jamais est l'un des meilleurs films d'action des années 90

Shane Black reçoit à juste titre beaucoup de crédit pour son scénario de L’Arme Fatale, mais il y a tout autant de choses à aimer dans le scénario de Au Revoir à Jamais, ses dialogues grivois et hargneux et sa structure de genre d’action. Le réalisateur Renny Harlin donne un rythme effréné et offre toutes les explosions, les fusillades et les combats au corps à corps possibles dans cette histoire d’une femme au foyer (Geena Davis, l’épouse hors caméra de Harlin) qui se souvient lentement de son ancienne vie d’assassin.

Harlin fait un travail admirable, mais le film doit sa réussite à la compréhension surnaturelle du genre par Black, ainsi qu’à une formidable distribution composée de Davis, Samuel L. Jackson, Brian Cox, Craig Bierko et David Morse. Avec cette grosse année 1996 remplis de films d’action, Au Revoir à Jamais reste l’un des meilleurs années 90.

Les Ailes de l’enfer – 1997

Les Ailes de l'enfer

Bien qu’il y ait eu de nombreuses imitations de Michael Bay, Les Ailes de l’enfer est celui qui se rapproche le plus du style de Bay. L’action est délicieuse et devient encore meilleure lorsqu’elle est associée à un casting de personnages hauts en couleur interprétés par John Malkovich, Danny Trejo, Steve Buscemi, M.C. Gainey, Dave Chappelle, Nick Chinlund et Ving Rhames.

Et puis, il y a Nicolas Cage, qui prend un terrible accent du sud et qui rend le tout encore plus loufoque. Les Ailes de l’enfer est tout simplement un film à sensations fortes, et un bon moment, malgré sa stupidité écrasante. Un film devenu culte, probablement l’un des meilleurs de Nicolas Cage et surtout un indispensable de notre liste des meilleurs long-métrages d’action des années 90.

Le 5ème Element – 1997

Le 5ème Element est l'un des meilleurs films d'action des années 90

Le film de Luc Besson Nikita (1990) a certainement piqué la curiosité du public et Leon (1994) lui a conféré un statut culte, mais avec le lancement du Cinquième Elément en 1997, Besson a obtenu son premier grand succès au box-office. Le film combine l’entité éprouvée de Bruce Willis avec le talent prometteur de Milla Jovovich, soutenue par des vétérans tels que Gary Oldman et Ian Holm, et le style comique de Chris Tucker. Ajoutez à cela une mythologie du futur délicieusement bizarre et une myriade de mondes magnifiques peuplés de créatures et d’extraterrestres rendus vivants par la conception pratique, et vous obtenez une épopée spatiale pleine d’action qui a plu au public national et international.

Le Cinquième Élément a marqué le genre d’action en réunissant des personnages hauts en couleur dans un jeu de tir spatial qui passe d’une altercation à l’autre à un rythme effréné. Qu’il s’agisse d’une bataille de vaisseaux spatiaux en orbite d’une planète, d’une poursuite en voiture volante à travers le brouillard et la brume d’une ville surpeuplée ou de l’affrontement final avec le plus grand mal de l’univers, Le Cinquième Élément possède un style d’action équilibré par des dialogues et un humour percutants qui est presque impossible à reproduire, même par Besson lui-même (bien qu’il ait essayé).

Starship Troopers – 1997

Starship Troopers

Place maintenant à l’un de nos préférés de notre classement des meilleurs films d’action des années 90. Le film Starship Troopers de Paul Verhoeven présente le futur comme un endroit où les nationalités ne sont plus reconnues, où les hommes et les femmes sont égaux dans le monde du travail et où ils sont si nonchalants en matière de genre qu’ils peuvent partager les mêmes salles de bain, douches et vestiaires sans qu’un regard errant ne se pose sur eux.

Verhoeven, toujours aussi satirique, a fait une carrière hollywoodienne en subvertissant le genre de l’action en donnant aux gens ce qu’ils voulaient – du sang, des tripes et de la nudité – tout en se moquant de la société qui a besoin de voir tant d’excès primitifs. Et Starship Troopers est son chef-d’œuvre satirique.

Il suit une bande de soldats séduisants mais banals qui partent dans l’espace pour combattre des insectes géants. Et il remplit l’écran de vidéos de propagande réalisées par la Terre expliquant pourquoi cette espèce de bestiole spatiale doit être exterminée.

Volte/Face – 1997

Volte/Face

Il est facile de dire que les films américains de John Woo ont révélé une incapacité à traduire son style voûté et grandiloquent en un timbre plus crédible pour le public américain. Hard Boiled, qui figure sur cette même liste, et The Killer sont beaucoup de choses, mais par-dessus tout, ils sont complètement fous.

On retrouve une souche identique de folie dans Broken Arrow et, plus important encore, dans Volte/Face, qui a vu l’agent du FBI obsessionnel de John Travolta, Sean Archer, et le célèbre Castor Troy de Nicolas Cage, l’homme qui a tué le jeune fils d’Archer, changer de visage. Malgré toutes ses décisions narratives inexplicables, Volte/Face est un film d’action exaltant et audacieux, qui s’intéresse de près à la question de savoir ce qui sépare les criminels des personnes qui les poursuivent.

D’une durée de plus de deux heures, Volte/Face se caractérise par un rythme effréné, des performances théâtrales extravagantes et des coups de théâtre à vous couper le souffle. Dans notre top 10 des meilleurs films d’action des années 90.

Blade – 1998

Blade est l'un des meilleurs d'action des années 90

Blade n’est certainement pas le meilleur film de vampires des années 90, mais c’est l’un des plus marquants. Adaptation de bande dessinée pleine d’action et en avance sur son temps, Blade recrute l’icône du genre Wesley Snipes dans le rôle du mercenaire hybride, dont la mission est de débarrasser le monde d’un fléau de vampires.

Sur la base d’un scénario de David S. Goyer, qui contribuera plus tard à faire la trilogie Dark Knight et Man of Steel, Blade intègre de manière crédible la culture des vampires dans le monde souterrain de la société contemporaine, avec un penchant gothique qui les fait passer pour une bande d’outils assoiffés de sang.

Wesley Snipes est épaulé par l’armement de son allié Whistler, joué par un Kris Kristofferson délicieusement bourru et grincheux, et les deux hommes entretiennent une amitié de bon aloi qui contribue à rendre le film divertissant même lorsque les poings ne volent pas et que les dialogues deviennent risibles. Wesley Snipes porte le film sur son dos très musclé avec un sérieux qui convient au personnage

Le Masque de Zorro – 1998

Le Masque de Zorro

Tout d’abord, j’admets qu’il faut mettre de côté le fait qu’Anthony Hopkins et Catherine Zeta Jones jouent des personnes d’origine espagnole. Si vous pouvez passer outre ce fait légèrement inconfortable, Le Masque de Zorro est une sacrée aventure d’action et de cape et d’épée qui aurait dû donner naissance à une nouvelle ère pour le héros masqué plutôt qu’à une simple suite décevante. C’est aussi le film qui aurait dû faire d’Antonio Banderas une star de l’action.

Mais en 1998, Antonio Banderas était un héros d’action tout à fait crédible, et il porte le rôle de Zorro avec aplomb. Le réalisateur Martin Campbell a créé un délicieux retour aux anciens feuilletons tout en conservant une fraîcheur suffisante pour plaire au public moderne. Le film est rapide, amusant, exaltant, et charmant dans son héroïsme à l’ancienne. L’un des meilleurs films d’action de cette fin des années 90.

Matrix – 1999

Matrix est l'un des tout meilleurs films d'action des années 90

Bien qu’il soit sorti à la fin de la décennie, à la fin du mois de mars 1999, le film de science-fiction néo-classique de la fratrie Wachowski a complètement changé la donne pour les films qui lui ont succédé. La technologie et les techniques utilisées pour les séquences du Bullet Time, désormais iconiques, n’ont pas été inventées pour ce film, mais elles sont certainement entrées dans l’ère moderne et ont permis de montrer cet effet aux spectateurs du monde entier.

Cela aurait pu facilement être considéré comme un gadget – ce qui a été le cas pour les futurs films qui ont copié son style – mais grâce à une mythologie solide, stimulante et parfois déroutante, Matrix reste l’un des meilleurs films des années 1990. Le film s’ouvre sur une séquence de poursuite palpitante (et déroutante) qui introduit les deux mondes du film, présente l’interface entre eux et met en scène Trinity, qui court sur les murs et saute sur les toits, et les agents qui la poursuivent avec acharnement.

C’est une claque dans le cerveau qui vous oblige à vous asseoir, à prêter attention et à vous poser des questions difficiles : Pas seulement comment ils ont fait ça, mais pourquoi ? Et tandis que les réponses sont données au cours du film, nous avons droit à de nombreux combats au corps à corps, à des échanges de coups de feu et à des séquences de poursuite, le tout dans le style caractéristique des Wachowskis. Dans le domaine des films d’action des années 90, Matrix est tout simplement L’Elu.

%d blogueurs aiment cette page :