Les 10 meilleurs films de Stephen King

L’œuvre de Stephen King a été adaptée tant de fois qu’il est impossible de trouver un fil conducteur unique dans toutes les adaptations cinématographiques. Bien sûr, beaucoup d’entre elles sont des films d’horreur, mais c’est en grande partie parce que la période d’essor des films de Stephen King a été les années 1980, lorsqu’il était connu uniquement comme auteur de films d’horreur.

Découvrez notre classement des meilleurs films de

Découvrez notre top 10 des meilleurs films de Stephen King

10) The Running Man – 1987

Running Man

King a publié son thriller dystopique de 1982 sous le nom de plume de Richard Bachman ; l’adaptation cinématographique de Paul Michael Glaser est à la fois l’artefact le plus des années 80 de tous les temps et une satire sociale effrayante et pertinente. L’histoire se déroule en 2017, alors que l’Amérique est devenue une corporatocratie totalitaire dans laquelle le gouvernement et la télé-réalité sont désespérément liés.

Arnold Schwarzenegger, jeune et super musclé, est un rebelle capturé et forcé de participer à une compétition de télé-réalité où la vie est une question de mort – pensez à The Hunger Games, mais avec de la musique synthétique et des tronçonneuses. Dans notre top 10 des meilleurs films de Stephen King.

9) It – 2017

It est l'un des meilleurs films de Stephen King

La mini-série de 1990 avait l’espace nécessaire pour englober les deux parties de l’histoire épique de King, celle d’un groupe d’amis de Derry, dans le Maine, qui se bat contre le menaçant Pennywise. Mais le film de Warner Bros. s’en tient aux personnages en tant qu’adolescents marginaux, alors que la suite prévue fera un flash-forward jusqu’à ce qu’ils soient adultes et affrontent à nouveau ce spectre effrayant.

L’interprétation de Pennywise par Tim Curry était tellement emblématique qu’il était difficile de faire mieux, mais celle de Bill Skarsgård est peut-être encore plus inhumaine – et donc encore plus effrayante.

8) Compte sur moi – 1986

Compte sur moi

King est un maître moderne de la littérature d’horreur et pourtant, deux des meilleures adaptations sur grand écran de l’auteur le plus populaire du genre n’essaient même pas d’être effrayantes. Tout comme Les Evadés, l’intrigue de ce classique du passage à l’âge adulte trouve son origine dans le recueil éclectique (et excellent) de 1982 de King, Different Seasons, et évite les vampires, les chiens tueurs et les hôtels hantés au profit d’une histoire discrète et personnelle de quatre garçons d’une petite ville à la fin des années 1950, interprétés par les futures stars River Phoenix, Wil Wheaton, Corey Feldman et Jerry O’Connell. L’un des meilleurs films de Stephen King.

7) La Ligne Verte – 1999

La ligne verte

Cousin spirituel de Les Evadés, cette adaptation du roman carcéral de King se concentre sur Paul Edgecomb (Tom Hanks), un gardien qui dirige le couloir de la mort d’un établissement correctionnel de Louisiane. C’est lui qui nous guide vers les différentes personnalités qui peuplent l’établissement, des plus scandaleuses aux plus sadiques. Puis Edgecomb est témoin des pouvoirs de guérison uniques d’un détenu analphabète nommé John Coffey (Michael Clarke Duncan, nominé aux Oscars), et cette histoire simple se transforme bientôt en un conte de réalisme magique.

Dirigé par le réalisateur des Evadés, Frank Daranbont, et critiqué par Spike Lee pour avoir perpétué le stéréotype du « nègre magique », le film n’a pas l’élan mélodramatique de son prédécesseur. Mais en tant qu’examen d’un homme aux prises avec les décisions morales qu’il prend, sa foi en Dieu et sa place dans le monde, il atteint les objectifs avec grâce. Une bonne 7ème place dans notre liste des meilleurs films de Stephen King.

6) Creepshow – 1982

Creepshow est l'un des meilleurs films de Stephen King

On poursuit notre top 10 des meilleurs films de Stephen King avec Creepshow. Techniquement, il ne s’agit pas d’une adaptation pure et simple de l’un des livres de King – l’auteur a écrit la majeure partie de cet hommage à E.C. Comics pour l’écran, avant de transformer la collection en un incroyable roman graphique avec le légendaire artiste Bernie Wrightson. Mais nous l’incluons néanmoins, car le film ne pourrait être une distillation plus pure de la sensibilité de l’auteur en matière d’horreur.

5) Carrie – 1976

Carrie

La version cinématographique de Brian De Palma du premier roman publié par King est un chef-d’œuvre qui se suffit à lui-même – à la fois profondément troublant et l’un des films d’horreur les plus compatissants que vous verrez jamais. Peut-on même parler d’horreur ? Avant d’en arriver là, le film passe par tout le reste : histoire de passage à l’âge adulte, drame familial, film de lycée, allégorie sociale, thriller… Dans le rôle de l’adolescente timide et refoulée, tourmentée d’une part par ses camarades de classe et d’autre part par sa mère détraquée qui cite la Bible (Piper Laurie), Sissy Spacek est hantée et anxieuse comme il se doit.

Et le film maintient son ton tendu et hésitant pendant si longtemps qu’au moment du massacre de la soirée du bal de fin d’année – qui donne lieu à l’une des plus grandes scènes d’horreur de tous les temps – même ceux d’entre nous qui ont vu le film une douzaine de fois sont au bord de leur siège.

4) The Dead Zone – 1983

The Dead Zone

Peut-être le film de Stephen King le plus sous-estimé et le film de David Cronenberg le plus sous-estimé, ce thriller hanté est en fait le principe du « retourneriez-vous dans le passé pour tuer Hitler si vous le pouviez ?« . Christopher Walken incarne le condamné Johnny Smith, un instituteur qui, après un coma provoqué par un accident de voiture, acquiert la capacité de toucher une personne et de voir son avenir.

Cette étrange capacité le conduit à un candidat au Sénat (Martin Sheen), dont Johnny apprend qu’il deviendra un jour président et fera exploser le monde. Cronenberg confère à l’ensemble du film un caractère funèbre : le sentiment que des choses tristes vont arriver à des gens bien, mais qu’il y aura un triste honneur à tout cela.

Place maintenant au podium des meilleurs films de Stephen King.

3) Misery – 1990

Bienvenue sur le podium des meilleurs films de Stephen King

Près de 30 ans après que Kathy Bates a remporté l’Oscar pour son interprétation dans Misery, l’événement reste aussi surprenant que lorsque l’actrice de théâtre respectée est montée sur le podium pour accepter son prix, déclarant : « J’aimerais remercier l’Académie – j’attendais depuis longtemps de pouvoir dire cela« .

C’est Misery, un film d’horreur aux accents satiriques, qui a lancé la célébrité de Bates au cinéma. Elle est fantastique dans le rôle d’Annie Wilkes, la fan obsessionnelle de Paul Sheldon (James Caan), un auteur de romans d’amour populaire qu’elle retient prisonnier chez elle jusqu’à ce qu’il accepte d’abandonner son nouveau manuscrit – qu’elle déteste – pour écrire quelque chose de plus à son goût.

Annie aurait pu être un monstre facile et misogyne, mais entre les mains de Bates, le personnage est transformé en un portrait compliqué de l’obsession, révélant les dangers de se perdre dans le travail des autres. Bates est effrayante dans son immobilité, ce qui rend les soudains accès de violence d’Annie d’autant plus horribles. Bienvenue sur le podium des meilleurs films de Stephen King.

2) Les Evadés – 1994

Les Evadés

Les Evadés nous fait découvrir ses grands thèmes de manière chaleureuse et (relativement) discrète : l’amitié, l’empathie et le moment où un homme décide de vivre ou de mourir. L’étude de caractère réfléchie de Darabont considère l’incarcération comme un purgatoire métaphorique dans lequel les gens trouvent leur véritable identité – une notion qui a contribué à faire de Les Evadés une place désormais permanente en tête du classement des meilleurs films de tous les temps.

C’est peut-être parce que l’histoire, à plusieurs décennies d’intervalle, d’un condamné innocent (Tim Robbins) et d’un rouleur de fonds au grand cœur (Morgan Freeman) est aussi épisodique et tentaculaire que ce que l’on allait appeler la « télévision de prestige ». Ou peut-être est-ce simplement parce qu’une fois que le public a découvert le film de Frank Darabont, il a pu facilement s’identifier à la métaphore centrale de l’emprisonnement, que le film traduit magnifiquement (et développe) à partir des sources non horrifiques de King.

Criminel ou non, qui ne s’est jamais senti prisonnier ? Et qui n’a pas rêvé de faire tout ce qu’il faut pour se sentir à nouveau libre ?

1) The Shining – 1980

The Shining est LE meilleur film de Stephen King
LE meilleur film de Jim Carrey

De façon perverse, l’une des raisons pour lesquelles The Shining est un film d’horreur si aimé est que Stephen King le déteste tellement. « Je ne comprends pas », a-t-il déclaré en 2014 à propos des fans passionnés du film. « Mais il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas. Mais évidemment, les gens l’adorent absolument, et ils ne comprennent pas pourquoi moi je ne le comprends pas. Le livre est chaud, et le film est froid ; le livre se termine dans le feu, et le film dans la glace. »

C’est là une grande partie de l’attrait du film : Le réalisateur Stanley Kubrick a pris l’idée de base du roman acclamé de King et l’a déformée. Au lieu de la tragédie d’un homme décent et imparfait qui perd la raison, nous avons le pathétique Jack Torrance de Jack Nicholson, un âne grandiose et pompeux qui rêve de gloire littéraire, entraînant sa famille malheureuse dans un chalet de ski isolé, ce qui entraîne un bain de sang et une agonie.

Mais si Shining de Kubrick est si froid, pourquoi, alors, continuons-nous à le revoir et à en dévorer les détails, enchantés encore et encore par sa construction méticuleuse et son horreur élégante ? Est-ce parce qu’il s’agit de la seule adaptation de King qui améliore réellement le matériau d’origine, en nous donnant non pas une, mais deux façons de voir l’œuvre magistrale de l’auteur ? Pour nous, LE meilleur film de Stephen King.

%d blogueurs aiment cette page :