Découvrez notre classement des meilleurs films John Wick

Tout savoir sur la franchise John Wick

La franchise John Wick fait partie des franchises d’action les plus excitantes de la dernière décennie, mais quel est le meilleur film John Wick? Dans la franchise, Keanu Reeves incarne un tueur à gages à la retraite qui n’a presque plus rien à perdre. Sa femme est décédée, sa voiture a été volée, et des gangsters ont même tué son chien. John Wick retourne dans le monde de la pègre afin de réparer plusieurs torts et trouve refuge au Continental, une zone sûre pour les assassins et autres criminels.

Mais lorsque Wick élimine un ennemi dans l’enceinte du Continental, il est rapidement mis sur la liste noire et étiqueté « excommunicado ». Grâce à un vieil ami, Wick a exactement une heure pour se préparer avant qu’un contrat de prime de 14 millions de dollars ne devienne officiel.

Le film de 2014 établit les règles du jeu, ce qui profite aux films suivants. En 2017, la suite mettait l’accent sur la mythologie entourant le personnage titre de Reeves. Et le plus récent volet, Chapitre 3 – Parabellum, fait monter les enchères avec encore plus d’action stylisée et de séquences de combat sauvages. Voici notre classement des films John Wick, en commençant par le film qui a placé la barre très haut pour la franchise.

Découvrez notre classement des meilleurs films John Wick

3) John Wick – 2014

On commence notre classement des meilleurs films John Wick avec le 1er volet de 2014. Le film excelle en tant que néo-noir moderne. Conceptuellement, il y a une prémisse brillante en place : un tueur à gages à la retraite retourne à une vie de crime, apparemment parce qu’un gangster a volé sa Mustang et tué son chien. Mais il y a beaucoup plus à considérer, car le Wick de Reeves est aux prises avec une crise existentielle après la mort de sa femme.

Même les ennemis du personnage comprennent sa détresse, et ils ont une peur bleue lorsque Wick émerge de la clandestinité pour redresser divers torts. Dans John Wick, les réalisateurs Chad Stahelski et David Leitch (ce dernier non crédité) laissent l’action et l’esthétique parler plus fort que les mots. La palette de couleurs bleu-gris complète l’humeur de Wick, mais le public n’apprend rien sur des problèmes profonds ; le dialogue et les « règles » de l’univers deviennent importants pour évoquer une histoire d’origine. Les séquences continentales humanisent spécifiquement le personnage de Reeves, et montrent qu’il est tout à fait prêt à enfreindre les règles établies.

En ce sens, le film maintient efficacement le suspense, car le film ne révèle pas complètement les motivations du personnage principal et ses liens avec la pègre. John Wick fonctionne sur un plan pratique en mettant constamment l’accent sur les règles. Et peut-être le plus important, le film laisse entrevoir le potentiel de la franchise ; Reeves livre une performance physique impressionnante alors que le film lui-même reste en retrait sur la psychologie des personnages.

2) John Wick 2 – 2017

John Wick existe pour que cette suite puisse prospérer. En tant qu’expérience cinématographique, le deuxième volet surpasse l’original, en grande partie grâce à son budget accru de 40 millions de dollars. Il est très intéressant de voir John Wick pour la première fois, mais la production et l’exécution narrative de la suite sont tout simplement plus impressionnantes et mémorables.

Pour être juste, John Wick : Chapitre 2 n’a pas besoin de se soucier autant de l’exposition des personnages ; il démarre par une palpitante poursuite en voiture à Brooklyn et part du principe que les spectateurs sont venus pour une raison. Il n’en reste pas moins que les images sont plus dynamiques, que les dialogues sont plus faciles à citer et que la suite reprend entièrement les règles de l’univers, ce qui fait partie du plaisir. Une 2ème place des meilleurs films John Wick bien méritée.

1) John Wick : Parabellum – 2019

John Wick : Chapitre 3 – Parabellum est le volet le plus audacieux de la franchise. Dès le départ, l’action reprend de manière transparente celle de John Wick : Chapitre 2, mais les séquences de combat sont encore plus rythmées et inventives. Il y a un sentiment d’urgence qui correspond à l’état mental de Wick (il est excommunié et sa tête est mise à prix pour 14 millions de dollars). En tant qu’interprète, Reeves est plus efficace ; les coups de Wick tombent plus fort et coupent plus profondément. En conséquence, il y a une quantité extrême de gore dans Chapitre 3 – Parabellum, un équilibre entre l’ultra-violence et une bonne dose d’humour.

Si Chapitre 3 – Parabellum reste fidèle à son principe (les choses à faire et à ne pas faire au Continental et au-delà), Stahelski privilégie indéniablement l’action viscérale à la substance narrative. Et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Dans ce volet, la survie est la clé, et par tous les moyens nécessaires. Wick n’a plus le luxe de trouver refuge au Continental. D’un point de vue conceptuel, cela permet l’introduction de la Sofia de Halle Berry, une femme assassin qui est à la hauteur de l’intensité de Wick.

Leurs séquences de fusillade sont non seulement palpitantes et satisfaisantes, mais elles correspondent également à l’intensité rythmique du combat au corps à corps de Reeves. Stahelski s’assure de mettre en valeur la coordination œil-main des personnages, ce qui se traduit par les aspects techniques du jeu de tir. Parabellum détaille à la fois la méthode et la folie. En tête de notre classement des meilleurs films John Wick. En attendant le 4ème volet ?

Box-Office

La franchise aura rapporté près de 600 millions de dollars en 6 ans avec ses 3 films.

FilmBox-Office ($)
John Wick (2014)88 761 661 $
John Wick 2 (2017)171 547 802 $
John Wick 3 (2019)327 281 779 $

Bande annonce John Wick 4

Et comme on n’arrête pas une franchise qui marche, voici la bande-annonce du 4ème volet ici.

Ce que vous ne savez peut-être pas sur la franchise

John Wick s’appelait à l’origine Scorn

Le scénariste Derek Kolstad a écrit un thriller de vengeance intitulé Scorn qui a circulé pour la première fois en 2012. Kolstad a déclaré qu’il s’était inspiré de films comme Taken (2008) et Man on Fire (2004), qui mettaient tous deux en scène des hommes déterminés, dotés de compétences particulières, en quête de vengeance. Lorsque le film est sorti en 2014, il était devenu John Wick. La raison, explique Kolstad, est que Keanu Reeves ne cessait de faire référence au scénario par le nom du personnage et le distributeur Lionsgate a estimé que ce serait une trop grande publicité gratuite à perdre.

Le héros tient son nom d’une personne réelle.

Lorsque Kolstad écrivait Scorn, il a décidé de donner à son protagoniste le nom de son grand-père, John Wick, un homme d’affaires qui possédait Wick Building Systems à Madison, dans le Wisconsin. Kolstad a d’abord craint que son grand-père ne considère pas cela comme un compliment – Wick est un tueur à gages, après tout – mais le vrai Wick a été flatté. « J’ai été chatouillé par Derek utilisant mon nom pour un film, et le personnage du tueur à gages était la cerise sur le gâteau », a déclaré le vrai Wick au magazine Madison en 2017.

John Wick a été réalisé par les cascadeurs qui ont travaillé avec Keanu Reeves sur The Matrix.

Lorsque Reeves s’est engagé à réaliser John Wick, il a fait appel à Chad Stahelski et David Leitch, deux cascadeurs qui ont collaboré avec Reeves sur les séquences d’action intenses de Matrix en 1999 et qui gèrent 87Eleven Action Design, une société de cascades et d’action pour le cinéma. Reeves voulait les impliquer dans les chorégraphies d’action de John Wick, mais espérait aussi secrètement qu’ils voudraient réaliser le film. Heureusement pour tous, ils ont accepté. (Stahelski a finalement reçu un crédit de réalisation solo sur le film en raison des règles de la Directors Guild of America. Leitch a été crédité en tant que producteur).

Keanu Reeves a récupéré du tournage en prenant des bains de glace.

Bien qu’il approchait de la cinquantaine lorsqu’il a commencé le tournage du 1er volet de la franchise, Reeves était encore capable d’effectuer de nombreuses cascades et de faire des culbutes qui accompagnent un rôle dans un film d’action. En 2014, Reeves a confié au Los Angeles Times qu’il avait une méthode pour se remettre d’une longue journée de tournage : les bains de glace. « J’ai appris à connaître la glace sur The Matrix, mais là, c’était un autre niveau », a-t-il déclaré. « Je rentrais chez moi après une journée de tournage, je faisais refroidir l’eau à 2 degrés et je m’y allongeais jusqu’au cou. Le paradis. »

%d blogueurs aiment cette page :